top of page
Rechercher
  • eramatare

De retour chez Eramatare

C'est l'heure de la récréation lorsque nous arrivons à l'école. Une foule d'enfants vient à notre rencontre avec curiosité, mais la plupart sont plongés dans leurs activités et ne nous remarquent même pas. Les enfants et les enseignants sont en mouvement, les uns en train de sauter à la corde, les autres de jouer au ballon ou au frisbee. Je me réjouis de l'ambiance agréable qui règne sur le site.


Un groupe attire mon attention : Micha, l'un des enseignants masaïs de la classe préscolaire de swahili, danse avec plein d'entrain avec quelques enfants au son de la musique qui sort d'un petit transistor qu'il tient dans ses mains. Je me joins à eux, je danse avec eux, ce qui ne se fait pas sans souplesse et fait rire de bon cœur quelques enfants.


Je rencontre nos deux nouvelles enseignantes, Anni et Yusta. Elles sont là depuis janvier, début de la nouvelle année scolaire, et se sont déjà bien adaptées. Alors que Yusta est timide avec moi, j'engage rapidement la conversation avec Anni. -

De tous nos enseignants, c'est Anni qui fait preuve des meilleures qualités de leadership. Kaira demandera donc à Anni, lors de sa prochaine visite à Engaruka, si elle se verrait bien prendre la direction de notre école en pleine croissance.


Jack, notre bénévole australien, qui a déjà connu d'autres "projets" auparavant, nous donne quelques suggestions pour notre "Eramatare-School" et un feed-back globalement positif, ce qui me fait très plaisir. Après tout, c'est la première fois que nous faisons tout cela !


J'entre dans le logement des enseignants et des volontaires. Il est simple, mais tout à fait confortable. Un ventilateur rend la chaleur supportable et, depuis peu, des grilles empêchent les mouches de rentrer. La photocopieuse récemment livrée et qui a été déposée ici montre à quel point cette région est poussiéreuse. Un couvercle de protection est nécessaire, et nous avons besoin d'un courant plus fort pour le faire fonctionner... Il y a toujours quelque chose à faire !


À l'ombre d'un acacia, je rencontre nos cuisiniers. Le matin, les enfants reçoivent une tasse de porridge que Kaira fait mélanger au marché d'Arusha avec différentes céréales pour éviter les carences. Depuis que l'approvisionnement alimentaire est très tendu en raison de la sécheresse persistante dans cette région, nous préparons en plus un ragoût de haricots et de maïs à midi. Ainsi, les enfants rentrent chez eux rassasiés.


Quelques enfants se regroupent autour de nous et chantent spontanément une chanson en anglais. Je suis heureuse de les entendre, car le début est exigeant pour tous ici : les enfants parlent le maa(sai), les enseignants le swahili et l'anglais. La langue d'enseignement est l'anglais. En même temps, les enfants doivent d'abord apprendre à lire et à écrire... C'est beaucoup à la fois.


Le fait que deux enfants aient les larmes aux yeux lors de notre départ me touche profondément. - Pleins d'élan, nous continuons à travailler et t'invitons à faire partie de nous ! Ensemble, nous créons une très bonne école !


P.S. : Nous recherchons d'urgence des personnes prêtes à soutenir le fonctionnement courant de l'école par un don mensuel ! Un parrainage complet s'élève à € 40,- par mois. Que le montant soit inférieur ou supérieur, nous nous réjouissons de chaque montant !

Merci !

15 vues0 commentaire

Comments


bottom of page